Expert en armes anciennes et effets militaires à Nantes, Bertrand Malvaux présentait une pièce rare au Salon International du Livre rare & de l’Objet d’art au Grand Palais à Paris en avril 2018 : un guidon du Régiment Condé-Dragons (1776-1791), sous Louis XVI. Bonne nouvelle : l’étendard aux lys brodés d’argent a été acquis par le musée de l’Armée. Retour sur l’objet tricentenaire.

« De chaque côté, une bordure brodée argent de feuillages et de rinceaux« , explique Bertrand Malvaux, des étoiles dans les yeux. Et pour cause. Le guidon est en parfait état de conservation. Le spécialiste en armurerie, boutons et costumes militaires, a tout de suite eu l’intuition d’une pépite. « Ces objets sont rares. A peine quelques signes d’usure« , explique l’homme, à l’expertise reconnue, aujourd’hui président de la Chambre nationale des experts spécialisés.

OBJET DE COLLECTION :

Seuls quatre guidons de Dragons sont conservés dans les musées et collections particulières :
– Le guidon de la Reine Dragons 1749, au Musée de l’Armée.
– Au Heeresgeschichtliches Museum de Vienne, est conservé le guidon de Orléans Dragons.
– Le guidon de Damas Dragons a rejoint une collection privée.
– Deux guidons de Condé Dragons, modèle 1776, appartiennent à la collection de M. de Ramel.

Entre le XVIIème siècle et la Révolution française, quatre modèles de guidons pour les régiments de Dragons vont se succéder :
1- L’ordonnance du 1er février 1684 donne officiellement le modèle des étendards et guidons. D’un côté, le soleil rayonnant en or avec en dessous la devise « NEC PLURIBUS IMPAR », et de l’autre côté une armoirie blasonnée ou une allégorie accompagnée de la devise du maistre de camp. Ils sont ornés d’une riche broderie, de rinceaux, de feuillage et parfois de fleurs de lys et frangés.
2- En 1731, l’avers est couleur « ventre de biche » semé de fleurs de lys or, soleil, avec une devise brodés et frangés or mélangé argent. Le revers est « ventre de biche » aux Armes des Condé avec fond semé de fleurs de lys or.
3- En 1740, l’avers devient bleu avec soleil et devise brodés, frangés or et argent. Le revers est couleur « ventre de biche », semis de fleurs de lys or. Allégorie d’un soleil argent allumant un bûcher. Banderole avec « DA MATERIAM SPLENDESCAM » (Donnez-moi de la matière, je resplendirai). Brodé, frangé argent.
4- À partir de 1776, l’avers cramoisi avec semis de fleurs de lys. Au centre les armes de Condé entourées des colliers des Ordres du Roi. Brodé, frangé argent. Revers ventre de biche (jaune) avec semis de fleurs de lys argent. En 1772, il est décidé que les régiments de cavalerie auront trois porte-étendards chacun, l’emploi du quatrième est supprimé. L’ordonnance du 10 avril 1773 sur les dragons précise que chaque régiment a trois escadrons formant douze compagnies. Il y a un porte-guidon à chaque escadron placé au deuxième rang de la deuxième compagnie à la troisième file de gauche.

HISTORIQUE :
Le régiment de Condé-Dragon est créé le 16 mai 1635 avec une compagnie de cavalerie appartenant à la famille de Condé, dénommé Enghien-Cavalerie, puis Condé-Cavalerie en 1646, il eut pour chef Louis de Bourbon, duc d’Enghien, depuis le grand Condé, qui en confia le commandement direct au chevalier de Tavannes. Le régiment est entraîné dans le Fronde avec son chef, et resta plusieurs années dans les rangs ennemis du royaume avec les Espagnoles. Le régiment rentre au service du roi le 7 novembre 1659. Lorsque le grand Condé mourut à Fontainebleau le 11 décembre 1686, il légua ses régiments d’infanterie et de cavalerie à son fils Henri Jules. Il est transformé en régiment de Dragons par suite de l’ordonnance du 25 mars 1776, qui lui donna le 11ème rang de l’arme, il prend le nom de Condé-dragons. Il devient le 2ème régiment de Dragons à Verdun en 1792.

DESCRIPTION :
Avers cramoisi avec semis de fleurs de lys brodées argent. Au centre les armes de Condé entourées des colliers des ordres du Roi brodés argent, or et en soie bleu de ciel foncé. Revers couleurs ventre de biche jaune avec semis de fleurs de lys argent.De chaque côté bordure brodée argent de feuillages et rinceaux. À l’origine frangé argent sur tout son pourtour. Bande de la soie cramoisie qui se fixe sur la hampe.

Pour en savoir plus, www.bernard-mavaux.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici