Plus de 150 000 commentaires sur Twitter ont permis à Pablo Raison, 19 ans, étudiant à l’Ecole Européenne Supérienne de l’Image (EESI) à Angoulême de réaliser en novembre 2019 la première carte de France figurée participative. En à peine une semaine, son compte @RaisonPablo a atteint plus de 70 000 abonnés avides de suggérer à l’artiste les bâtiments iconiques de leur ville.

« L’appel sur Twitter m’a permis de créer une carte patrimoniale affective de la France en lien avec les attentes de chacun », se réjouit Pablo Raison, jeune dessinateur surdoué, premier prix de la BD scolaire en 2018 au 45e Festival de la Bande Dessinée d’Angoulême. Twitter s’est imposé à lui comme le moyen le plus efficace pour interagir avec les Français et connaître leurs monuments préférés à reproduire sur sa carte dessinée. Porté par la richesse du dessin, Pablo Raison, étudiant en 2e année à l’Ecole de l’Image (EESI) à Angoulême, appartient à une nouvelle génération d’artistes connectés, suivant sur Instagram des comptes comme celui du dessinateur @ibensack.

A l’heure du GPS, de Google View et Google Earth, des outils qui permettent d’embrasser par le regard un large espace à l’aide d’une image numérique, le « digital native » renoue avec la tradition de la cartographie du Moyen-Age à la Renaissance. L’encre de Chine pour simple médium à l’instar de Bernard Palissy, Jean Cousin, ou encore Nicolas Dipre… ces artistes qui ont usé de multiples procédés innovants pour restituer l’espace : relevé empirique et observation du terrain depuis un point élevé, représentation des lieux en plan ou en perspective, par vue panoramique, aérienne ou plongeante.

Sur Twitter, l’œuvre du jeune normand se dévoile étape par étape, de ville en ville, suscitant la curiosité. Le pont de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), une mine à Saint-Etienne (Loire), la centrale nucléaire de Civaux (Vienne), le château de Val à Bort les Orgues (Corrèze)…. Plusieurs centaines de monuments ont ainsi été désignés par les amoureux du terroir et reproduit avec passion par Pablo Raison. « Un twittos m’a indiqué l’un des plus grands temples bouddhistes d’Europe à Evry (Essonne) », explique t-il au bout de son périple. 

« J’ai été surpris par tant d’interactions ! » Contacté sur la plateforme sociale, Pablo Raison a même accepté la reproduction de sa carte en édition limitée. Succès immédiat : les trois cents exemplaires se sont vendus en moins de trois jours. De nombreuses sollicitations ont suivi : des routes touristiques, des dessins à la demande, un film d’animation. Le voici sur le chemin d’une carrière qui s’annonce fulgurante !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici