Le concours national #artenquarantaine, ludique et créatif, lancé par le CLIC France en partenariat avec les musées d’art et d’histoire de quarante collectivités françaises, s’est déroulé sur les réseaux sociaux, du 23 avril au 25 mai 2020. 600 contributions et 5 grands gagnants. Quelques secrets de fabrication.

« Le succès du concours national #artenquarantaine et du challenge mondial devrait contribuer à transformer les musées pour qu’ils soient plus participatifs et impliquent davantage leur public », explique Pierre-Yves Lochon, fondateur et administrateur du Clic France.

1er prix du public : un autoportrait fait au retardateur

« La Belle Strasbourgeoise », par Nicolas de Largillierre (Musée des Beaux Arts de Strasbourg), un tableau interprété par Marie Maurer, habitant à Strasbourg, enseignante retraitée. C’est un autoportrait fait au retardateur. « Le concours m’a été recommandé par une amie française habitant aux USA. Je suis passionnée par les portraitistes du XVIII et la photo. La « Belle Strasbourgeoise est vraiment emblématique de notre ville. La difficulté c’était de faire le chapeau, trouver un fond et les marques du confinement (masque, gants et balai) me semblaient évidentes puisque tout le monde était condamné à faire son ménage. »

1er prix du jury : à quatre dans la baignoire

« Les quatre comédiens sont mes propres enfants », confie Marion Giraud : Marie, Margot, Mine et Marcel (dans l’ordre du tableau). Un vrai travail d’équipe ! Les enfants posent dans la baignoire. « Pas facile de caser trois grands enfants dans une baignoire mais on a bien rigolé ! », poursuit la metteuse en scène qui, pendant le confinement, a créé en famille plus de 80 reproductions d’oeuvres.

« Le peintre néerlandais, Pieter Cornelisz van Slingelandt, (Palais des Beaux Arts de Lille) était réputé au XVIIe siècle pour sa recherche de la perfection. On retrouve cette même méticulosité dans la composition libre et collective de Marion Giraud (à retrouver sur le compte Instagram @mogirant) : rondeur explosive de la bulle de savon au centre, verticalité du rideau en fond, jeux des regards, une vraie dynamique du groupe. Ce qui m’a le plus touchée, c’est l’expression des figures au plus proche du sentiment d’origine, et la tendresse joyeuse qu’exprime le sourire du jeune homme à la coupelle », a commenté Alexia Guggémos, critique d’art, membre du jury.

« Parce que tout devait tenir dans l’instant, entre le moment où la bulle est grosse et où elle éclate. Cette performance souligne le propos de cette scène de genre qui est d’être, en fait, une vanité. Profitez des plaisir du jours, délectez-vous des beautés simples comme sophistiquées : n’est-ce pas là l’appel principal de la peinture ? » Eric Bietry Rivierre, Le Figaro, membre du jury.

Les autres résultats à découvrir sur le site de CLIC France.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici