Le « Portrait du Dalaï-Lama » (2008) composé de 400 Rubiks cubes, œuvre emblématique de l’artiste Invader, est mise en vente chez Christie’s à Paris, le 3 décembre 2021 à partir de 18h.

En 2008, lors d’un voyage au Népal, Invader envahit Katmandou avec ses mosaïques qui ont fait sa renommée dans le monde. Plus d’une trentaine de pays, et une centaine de villes, ont été envahis à ce jour. Une conquête de l’espace urbain qui trouve son apogée avec une œuvre placée à bord d’un vaisseau spatial, Ariane5 en 2015. Dans les contreforts de l’Himalaya, le bouddhisme entre alors en résonnance avec son travail. Non plus tant un espace physique mais un espace intérieur, une quête du spirituel ancrée dans la méditation. C’est ainsi qu’il s’empare de la figure rayonnante du Dalaï-Lama.

A l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, l’artiste s’est formé aux nouvelles technologies. Son univers s’inspire du jeu vidéo. Une forme s’impose, celle du pixel. Nourri à l’histoire de l’art, il entreprend de revisiter le Cubisme. Le Rubikcubisme est né. Réalisé en 2008, dans l’intimité de son atelier de Montreuil (Seine-Saint-Denis) en région parisienne, le tableau d’Invader est composé de 400 Rubiks cubes, le plus grand format de sa série « good man » et « bad man » initiée en 2005.

Acquis en 2010 directement auprès de l’artiste, par la critique d’art Alexia Guggémos, « Le portrait du Dalaï-Lama » en 400 Rubiks cubes intègre sa collection personnelle, celle du Musée du sourire, premier musée virtuel au monde fondé en 1996. « La plus belle conquête d’Invader est celle du sourire », confie t-elle. « L’œuvre est une synthèse de la cosmologie bouddhiste, celle des trois royaumes : le royaume du désir, le royaume des formes et le royaume de l’invisible. »

The artist Invader’s emblematic work, ‘Portrait of the Dalaï-Lama’ (2008) composed of 400 Rubiks cubes, is put up for sale on December 3rd starting 6:00 p.m. at Christie’s Paris.

It was when travelling in Nepal in 2008 that Invader invaded Kathmandu with mosaics giving rise to his world-wide reputation. To date, more than thirty countries, not to mention a hundred cities, have thus been invaded. An urban space conquest the apex of which materialised in a work of art placed in the space ship Ariane5 in 2015. At the foot of the Himalaya, the artist’s work attuned to the teachings of Buddhism. The latter infused the artist’s spiritual quest through meditation. This path led him to engage with the radiant figure of the Dalaï-Lama.

The artist trained at the Paris School of Fine Arts delving into new technologies. His world originated in video games. Pixels soon became the name of the game. An avid reader of Art history, he undertook to revisit Cubism, hence Rubik Cubism. Invader achieved the 400 Rubiks cubes’ composition in 2008, at his Montreuil (Seine-Saint-Denis) workshop in the North-eastern Paris suburbs. It is the largest format in the “good man” and “bad man” Series, initiated in 2005.

The art critic Alexia Guggémos bought the work from the artist himself in 2010. ‘The portrait of the Dalaï-Lama’ with 400 Rubiks cubes is part of her personal collection, the Museum of Smiles, founded in 1996 and first online museum in the world. “Invader’s finest conquest is that of the smile », she revealed, the work proper is an encapsulation of the Buddhist cosmology of the three Realms: the Desire Realm (kāma-loka), the Form Realm (rūpa-loka), and the Formless Realm (ārūpya-loka)”.

+++++++

Smile if you want a smile from another face’ Dalaï-Lama

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici