LUCAS-CRANACH---les-trois-graces.jpgTous mécènes ! Depuis plusieurs jours, le Louvre ne ménage pas sa peine pour appeler à la générosité publique afin de réunir le million d’euros manquants nécessaires à l’acquisition des « Trois Grâces » du maître allemand Lucas Cranach (1472-1553), évaluées 4 millions d’euros par son vendeur. Le reste de la somme est apportée par le cabinet de conseil Mazars. Chiche ! Amusée par ces Trois Grâces aux allures bien délurées, j’ai décidé de passer à l’acte et de donner 100 euros. Il ne sera pas dit que Délire de l’Art n’aura pas tout tenté pour que ce « trésor national » ne disparaisse pas à nouveau dans une collection privée comme cela a toujours été le cas depuis sa création en 1531 !
Cette opération est une première en France, mais elle est monnaie courante à l’étranger. La National Gallery de Londres et la National Gallery of Scotland avaient ainsi réussi à réunir environ 120 millions d’euros en 2009 pour racheter deux tableaux du Titien. En France, apparemment, l’enthousiasme est moindre : à J-57, seuls 630 milliers d’euros ont été réunis.
don100euros-louvre-cranach.jpgAllez, un petit effort ! Certes, le Louvre – et d’autres musées français – possèdent déjà des Cranach dont l’œuvre est prolifique, mais l’artiste a rarement abordé ce thème des Trois Grâces dont il n’existe que trois variations, les deux autres étant aux Etats-Unis et en Grande Bretagne. Une exposition – sans rapport avec cet appel au mécénat – mettra également Cranach à l’honneur cet hiver à Paris : « Cranach et son temps », à ne pas manquer au Musée du Luxembourg, du 9 février au 23 mai.

> Le site de l’appel au don www.troisgraces.fr

6 Commentaires

  1. Franchement moi je préfère donner 100 euros à des gens dans le besoin que pour une toile qui ne m’appartiendra jamais ! C’est jeter son argent par les fenêtres et c’est plutôt choquant en ces temps de crise surtout qu’étant moi-même au chomage ça me sidère qu’on donne pour une peinture (moche) 100 euros que moi j’ai du mal à avoir. Franchement moi le trésor national je m’en bat les c***** ca me rendra pas plus riche, mais de nos jours on préfère donner ses sous pour des conneries que d’aider son prochain malheureusement.

  2. Ce n’est pas parce qu’il est bien de donner aux restos du coeur qu’il ne faut pas donner (lorsque l’on peut) pour enrichir notre patrimoine culturel La culture, c’est la mémoire du peuple, la conscience collective de la continuité historique, le mode de penser et de vivre.

  3. Je trouve important que ce genre de chefs d’oeuvre ne disparaisse pas dans une collection privée et reste à la disposition de tous. D’un côté je trouve dommage que la France ne puisse assurer elle-même cette acquisition, d’un autre côté c’est positif d’associer les gens à cet achat. De toutes façons, pour ceux qui peuvent se permettre de participer à ce genre d’opération, cela ne remet pas en question le fait qu’ils donnent (ou ne donnent pas) à des œuvres de bienfaisance.

Comments are closed.