La prison de Réau en Seine-et-Marne accueille l’exposition « La femme, un regard différent », co-construite par les détenus du Centre Pénitentiaire Sud Francilien et Paris Musées. Jusqu’au 8 mars 2020.

« Qui a peur d’une femme ? » dit l’affiche choc de Gérard Paris-Clavel qui introduit l’exposition « La femme, un regard différent ». Une dizaine de détenus, hommes et femmes, se voient  »commissaires » l’espace d’un mois sous la direction de Vincent Gille, conservateur du patrimoine à la Maison de Victor Hugo, et Jérôme Godeau, chargé de mission au musée Bourdelle. Les deux commissaires scientifiques de Paris Musées inscrivent ce projet dans une campagne d’actions culturelles dans le milieu carcéral débuté par Paris Musées en 2013 et qui a déjà donné lieu à l’exposition Misérables en 2016 dans la même prison de Réau.

Comme l’annonce l’affiche, ici il ne s’agit pas d’un thème en relation avec le milieu carcéral mais bien en rapport à la célébration féminine. La femme a été choisie comme protagoniste suite à un vote de l’ensemble de la détention et est présentée à travers plus de 80 oeuvres originales, issues des collections des musées de la ville de Paris, réparties en trois thématiques distinctes.

Terres cuites antiques ou pièces africaines et canaques matérialisent l’imaginaire autour des pouvoirs de la femme, de la fécondité ou encore de la maternité. Ainsi sont visibles des masques dansés de sociétés féminines prêtées par le musée du Quai Branly. Ensuite, c’est la lutte des femmes avec les figures de Simone Veil, Colette, Louise Michel… Enfin, l’exposition aborde les relations hommes-femmes, avec des dessins, gravures, sculptures qui illustrent le désir masculin et son animalité, la violence envers les femmes. La métaphore y est la forme la plus présente dans cette partie comme le suggère la pièce de céramique de Francesco Xanto Avelli exposée, La métamorphose d’Actéon.

Le groupe de commissaires détenus de la prison de Réau a accompli toutes les tâches qui relèvent du commissariat d’exposition : élaboration du parcours, sélection des oeuvres, rédaction des textes de salle et des cartels, conception et écriture du livret de visite. Aussi ils s’occupent de la médiation de l’exposition dont les visiteurs sont les personnels pénitentiaires, les détenus et les familles des commissaires détenus. Une très belle exposition dans un milieu carcéral en peine d’évènements culturels.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici