Grand lauréat de la 6e édition du concours artistique Art Students Week visant à promouvoir la jeune création présente sur Instagram, Marin Martinie s’est distingué par son univers et sa créativité. Son travail est visible à la Villette dans l’exposition 100% l’EXPO jusqu’au 16 mai 2021.

Âgé de 26 ans et doté d’un sacré coup de crayon, cet illustrateur originaire de Nantes et habitant à Paris fut à la fois étonné, content et honoré par l’annonce du résultat. « #ASW21 » n’était pour lui qu’un hashtag très abstrait qu’il ajouta à ses œuvres comme un simple jeu lorsqu’il a vu passer l’annonce du concours. Quelle surprise !

Enfant, Marin Martinie rêvait de devenir le scientifique des bandes dessinées, le savant fou à lunettes et blouse blanche. Finalement, après des études d’illustration et d’animation à l’Ecole Estienne, puis à l’école des Arts Décoratifs de Paris et enfin à l’école du Fresnoy à Tourcoing (Nord), l’artiste sent son rêve d’enfant se réaliser. Parallèlement, Marin Martinie a commencé une thèse sur le contrôle de la production d’un personnage de l’industrie culturelle. Cette travail de recherche au Centre d’Etudes des Arts Contemporains à l’Université de Lille, lui permet d’éprouver son plaisir d’expérimentation.

« J’aime réaliser des images au seuil de la narration, au seuil du récit et au seuil du sens », explique Marin Martinie dont le travail repose sur une réflexion entre le mouvement et l’image où répétitions, déformations, et superpositions de personnages prennent forme dans plusieurs saynètes. Le dessinateur joue avec plusieurs genres : narratifs, comiques, burlesques et grotesques. Souvent dans l’improvisation, l’artiste crée avec un certain lâcher-prise lui permettant de se créer un monde entre Surréalisme et Cubisme. Les objets et personnages prennent alors vie, s’articulant les uns aux autres afin de ne former qu’une foule à la limite du compréhensible.

Influencé par l’humour du caricaturiste Gotlib ou le grotesque de l’auteur de bande dessinée Daniel Goossens, Marin Martini s’est créé avec le temps une banque de signes et de motifs qu’il réutilise dans ses œuvres. Il prend plaisir à humaniser de manière primaire, avec deux yeux et une bouche, toutes sortes d’objets : gobelets, voitures ou encore livres. Un jeu infini rendant les scènes improbables et hilarantes. Entre dessin et animation, le travail de Marin Martinie sur Instagram fait preuve d’une grande originalité tout en préservant la simplicité qui lui tient tant à cœur. L’artiste considère la plateforme sociale comme un bon moyen de montrer ses créations et d’élargir son public.

Suivez l’artiste sur son compte Instagram @marin.martinie

Jeanne Labracherie, IESA Art&Culture (atelier d’écriture Anaïd Demir)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici