orlan.jpgORLAN est la première artiste contemporaine à entrer au musée Grévin ! Et c’est vraiment mérité… Jusqu’au 1er juin, dans le cadre de la Force de l’Art, cette plasticienne connue pour ses performances audacieuses, notamment celles concernant la transformation de son propre corps, expose dans ce temple populaire élevé à la gloire de l’Histoire, de l’étrange et du spectaculaire. Rien d’étonnant à ce qu’elle y présente une oeuvre interrogeant le corps hybride avec Bump Load, qui se dressera aux côtés des cires de Lara Croft ou de Céline Dion. Cette sculpture se situe à mi parcours entre la figurine ethno-cyber et l’auto-portrait. Elle réagit à la présence des spectateurs par des réponses lumineuses singulières.

Depuis son provocateur Baiser de l’artiste en 1977 à la FIAC et ses opérations chirurgicales performances, ORLAN a fait du corps son champ d’expression. En 2008, elle a conçu une installation hybridant des cellules vivantes : Le manteau d’Arlequin (art et biotechnologies) présenté à Perth (Australie) et à Liverpool (Angleterre). A partir du 27 mai, elle fera partie des figures de prou de l’exposition Elle@centrepompidou consacrée aux artistes femmes du XXe siècle. Elle sera également présente du 30 septembre 2009 au 8 mars 2010 à l’abbaye de Maubuisson (Val d’Oise), où elle présentera de nouveaux êtres mutants et une installation vidéo montrant une série de mariages mixtes des plus étonnantes.

En attendant, rendez-vous au musée Grévin pour faire réagir Bump Load !
> Le site de l’artiste www.orlan.net

2 Commentaires

  1. J’ai déjà croisé par 2 fois Orlan dans des lieux ou manifs d’art: c’est…euh, particulier comme personnage.Remarquez vous allez à Londres,on peut trouver aisémment des personnes approchant d’un tel look, car on sait se lacher chez nos amis anglais.

  2. Il y avait dans cette émission sur France4 « Les tribus gothiques » un personnage qui valait bien Orlan. Stéphanie / Orion la gothique et son cousin dominaient du haut de leurs 1,85m perchés sur des platforms shoes de 20cm, le peuple parisien de toute leur étrangeté:des mutants égarés dans la médiocrité de Paname.On a eu droit à l’inévitable crétin en capuche, intolérant et agressif envers les gothiques.Et Stéphanie, cette pièce d’art, parlait alors de s’exiler…

Comments are closed.