Exposition-manifeste Embrassements célèbre le rapprochement des corps. En ces temps de distanciation sociale, les images sélectionnées par le photographe Mathieu Oui à la Conserverie à Metz constituent une ode au toucher, à la plénitude du contact rapproché. S’embrasser, se câliner, se bécoter, s’enlacer, se prendre dans les bras, s’étreindre, se blottir, se donner l’accolade…. La langue française ne manque pas d’expressions pour décrire les embrassements. Jusqu’au 23 décembre.

« Issues du corpus d’albums de la Conserverie et de mes archives familiales, cette sélection d’embrassements rappelle combien cette figure de l’étreinte jalonne les grandes étapes de l’existence« , explique Mathieu Oui dont la série de clichés sélectionnés pour les vitrines de la Conserverie à Metz et sur Instagram, fait du bien au moral. On trouve dans ces photographies, les effusions/libations de fin de soirées, les salutations filiales du jeune appelé avant son départ sous les drapeaux, un jeune couple qui tangue collé-serré… L’exposition Embrassements s’inscrit dans une vaste recherche artistique sur l’étreinte et fait écho à une série photographique réalisée par Mathieu Oui en 2015 (cf photo).Le sujet est hautement photographique. De prime abord, la fascination du preneur d’image s’explique par le motif très chorégraphique des corps imbriqués, un mouvement de basculement, comme une étreinte de l’éphémère. Quand il déclenche son appareil, le photographe embrasse le temps et la lumière pour mieux les soustraire à l’éternité.

« Eternité est l’anagramme d’étreinte » (Henry de Montherlant)

www.mathieuoui.com
www.laconserverieunlieudarchives.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici