our body.jpgUn juge des référés parisiens vient d’interdire l’exposition « Our Body / A corps ouvert » qui se tient actuellement à Paris jusqu’au 10 mai et devrait être ensuite présentée au Parc Floral de Paris. Les organisateurs, Encore Events, ont 24h pour suspendre la manifestation sous peine d’une astreinte de plusieurs dizaines de milliers d’euros par jour. Pour Pascal Bernardin, c’est l’incompréhension. Selon lui, sa démarche vise à « sensibiliser le grand public au besoin urgent de don d’organes ». Le 22 juin, à l’occasion de la Journée nationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe, Pascal Bernardin comptait marquer un grand coup. Face à la polémique – et à en juger par les nombreux commentaires laissés sur mon blog depuis le 30 janvier, date à laquelle j’annonçais l’arrivée de cette exposition – Our Body risque fort de finir ainsi sa tournée scandaleuse.

> Lire les commentaires

10 Commentaires

  1. avant de défendre les morts ne peuvent ils se battre pour les vivants ?
    pour ceux du darfour, massacrés dans la plus complète indifférence et peut etre meme pour les chinois condamnés hativement à mort?
    qu’ils se battent pour que la télé et les films ne montrent pas d »horreurs, pour que les infos cessent de glorifier les assasins…
    mais ce combat de bien pensants pour 17 cadavres, déjà morts…c’est RIDICULE

  2. Je suis POUR l’expo Our Body.
    Je trouve cette interdiction affligeante, ça sent le catho à plein nez, et cette peur de la mort (un face-à-face avec elle) témoigne bien de l’hygiénisme de notre temps. Mais bon, tous les culs bénis seront contents, et pourront se régaler avec les biches des galeries Lafayette et consorts. Affligeant.
    Je suis CONTRE la censure. Personne n’a obligé quelqu’un à aller voir cette expo. Comme personne n’a obligé quelqu’un à payer sa place pour aller voir des films polémiques au cinéma, comme  » Les Chiens de paille « ,  » Orange mécanique « ,  » Romance « ,  » Délivrance  » ou  » Irréversible « . Peut-on un peu grandir dans ce pays qui sent bon le retour à l’ordre et laisser les gens se faire leur propre opinion sans vouloir leur imposer celle d’instances supérieures telles que le clergé et la flicaille tous azimuts ?
    Partout dans le monde cette expo a été autorisée et y’a que chez nous que ça coince, c’est très révélateur de notre pays, et d’un conservatisme larvé qui n’a pas dit son dernier mot. Mais je le répète, tous les culs bénis vont pouvoir se régaler. Cachons les sexes apparents aussi chez Canova et Rodin tant qu’on y est !

  3. Je suis CONTRE certains aspects de cette exposition.
    Il me semble que les dons du corps à la science
    peuvent très bien être exposés au grand public, avec
    le consentement du donateur, cela oui.
    Les problèmes sont les suivants:
    *La question cruciale de l’origine des corps n’est bien sûr
    pas abordée de front.
    Est-il normal d’exposer des Chinois? Si on avait
    exposé des Noirs, cela aurait fait scandale, et
    se dire que des Chinois sont plastinés pour des
    Européens montrent bien une circulation des corps
    troublante entre les cultures.
    Est-ce que des Européens auraient voulu se faire
    empailler pour être exposés sur la Place Tien-An-Mien?
    j’en doûte.
    *Certains traitements des corps de l’exposition n’ont
    aucun intérêt pédagogique, ils sont plutôt à rapprocher
    des fantasmes d’atrocités de guerre.
    On pense en particulier à cette peau humaine étalée sur le sol,
    comme on le ferait avec un grizzli. Ainsi qu’en a parlé un de mes
    profs. spécialiste des violences de la première guerre mondiale,
    la lecture adaptée de cette dissection est probablement d’y voir
    comme une façon de « se faire la peau » de ces pauvres gens, au
    sens littéral .

  4. la pipe et la cigarette de coco channel
    et celle de gainsbourg ? on verra le film sans brouillard
    bientôt nous vivrons dans un monde parfait
    on sera obligé d’être heureux
    que ça va être chiant

  5. Meunon, plus c’est défendu, meilleur c’est, tout le monde sait ça. Tiens je m’en vais en griller une avec un bon Picon vin blanc,en regardant Emmanuelle (le premier): c’est-y pas de l’Art, ça?

  6. L’éthique est souvent un cheval de bataille enfourché par ceux qui en auraient le plus besoin. S’il est louable de respecter les morts, il le serait davantage de respecter les vivants, et notre monde offre maints sujets infiniment plus révoltants et scandaleux que ce procès de sorcellerie d’un autre âge. Car il s’agit bien de cela : que reprochait-on aux sorciers du moyen âge ? De vendre leur âme au diable. Deux vocables toujours actuels. Vendre, c’est gagner de l’argent, et le diable c’est l’autre, celui qu’on ne connaît pas ou que l’on refuse de connaître. Notre société idolâtre l’argent, qui a de moins en moins d’odeur, et l’autre est tout ce monde que l’on rejette parce que pauvre, parce que riche, parce que véhiculant une culture ou en véhiculant une autre. Alors messieurs les censeurs, balayez devant votre porte en premier !
    La mort fait partie de la culture de tout homme. Seul l’homme moderne refuse de la voir en face. On la maquille, on la chosifie dans le luxe de pompes funèbres outre-atlantique, on la néantise, on se ferme les yeux. Oui, ces sujets anatomiques ont été des êtres humains. Donner son corps afin de le voir en face est une réalité qui n’est pas répugnante… pas répugnante comme la mort que l’on donne sous prétexte de fanatisme, de crime, de guerre, de lâcheté sociale et humaine devant la faim et la maladie que l’on pourrait vaincre avec les moyens que nous avons. Alors permettez à un modeste enseignant d’anatomie de conseiller cette exposition à ses étudiants !
    Si l’art y joue sa part, que l’on se souvienne de tous les prédécesseurs, anatomistes, peintres, sculpteurs, dessinateurs, qui ont jeté un regard d’artiste sur le corps et sur la mort, de ces cires italiennes plus vraies que nature, mêlées à des cheveux véritables, qui font toujours l’admiration de qui les contemplent. Si les moyens techniques actuels permettent de libérer les tissus humains de la putréfaction et d’offrir aux hommes ignorants une vision impressionnante de leur corps, il faut remercier les donateurs, tout comme ceux qui donnent leur corps à la science, ici c’est la science à la portée du grand public, de « curieux » dans le bon sens du terme et non de voyeurs comme le sont ceux qui se régalent de faits divers sanglants, de scènes de guerre en direct et autres obscénités morbides.
    L’atteinte à la dignité humaine (invoquée par le Comité National d’Éthique), elle n’est pas dans la réification de notre être physique après la mort, elle est dans le mépris criminel de ceux qui n’en font pas cas durant la vie et se lavent les mains passivement devant leur écran de télévision, devant les sites internet crapuleux, ou activement devant le culte du profit à sens unique.
    Michel Dufour (catholique, et ça n’a rien à voir, bon sang, pour répondre à une opinion !)

  7. Je suis POUR l’exposition Our Body, si ça permet aux gens d’en apprendre plus sur eux-mêmes et si ça permet de faire prendre conscience du besoin du don d’organes. Oui, c’est choquant d’être face à la mort, et pourtant quand on va dans un musée, les animaux y sont empaillés, et les momies sont toujours là! Je ne veux pas comparer l’homme à l’animal, ce que je veux dire c’est que personne ne force personne à aller voir cette expo, alors arrêtez la censure!

  8. Et toi Alexia, qu’est-ce que tu en penses? Pour ou contre?
    Un médiateur culturel doit-il en penser quelques chose? On pourrait tuer père et mère, les attacher en vrac sur les cimaises, tu verrais peut-être encore l’occasion de promouvoir. Au dessus des parties. En fait elle n’en pense rien, ça doit être ça.

Comments are closed.