L’empreinte en héritage fait œuvre dans le travail d’Olivier Peyronnet, artiste français né en 1966. Une exposition intitulée « Vouvoyer l’invisible » témoigne de ses recherches formelles accomplies dans le champ de l’imprégnation. Galerie municipale d’Arcueil (Val de Marne), du 24 avril au 30 mai 2020.

Filtres à café, sculpture, 2017

Bac à sable, balançoire à bascule, table de ping-pong… Olivier Peyronnet a conçu à Arcueil une aire de jeux propice à une expérience spatio-temporelle qui ne peut laisser indemne, un voyage qui ne vise ni le lointain ni le dépaysement, mais l’empreinte invisible des sédiments du temps. Il a choisi le peintre Hervé Télémaque, son voisin d’atelier à Villejuif, pour initier la partie.

« Les jus végétaux que je fabrique imprègnent mes toiles, ils servent à la coloration, les résidus deviennent des sculptures… », explique l’artiste qui expose des toiles de grand format où les taches ont été formalisées. Dans Sexuer la tache, l’empreinte de la couleur est prise dans la fibre. Comment chemine la trace laissée par une substance qui a imprégné un corps ? Le geste est poétique, et l’intention formelle. L’imprégnation déborde du territoire, sillonne, au-delà du voisinage.

L’exposition fait le lien avec l’environnement, ce qui se noue à travers les quatre éléments, ce qui s’infiltre dans le corps d’un individu ou de la société. Dès 1994, ces questions rongeaient le plasticien. Ses « taches propres » sur des murs encrassés de la ville marquent l’appropriation des murs noircis. Au lieu d’ajouter de la matière, Olivier Peyronnet a procédé par enlèvement. Le mur, ainsi mis à nu, révèle ses entrailles profondes. Œuvre éphémère, la tache propre est destinée à être ensevelie par la pollution urbaine. Et toujours, l’ombre demeure.

Le site de l’artiste olivierpeyronnet.com


« ô vie, chose sans valeur et ton ombre, le temps. Tous deux, c’est l’idée affreuse de perte qui vous imprègne et qui vous donne cette grande apparence de puissance »
Paul Valéry

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici